Pretium doloris ; l'accident comme souci de soi
Pretium doloris ; l'accident comme souci de soi

Pretium doloris ; l'accident comme souci de soi

À propos

" S'interroger sur l'accident, sur sa réalité, nous permet d'accéder à une autre compréhension de ladite réalité.
L'accident peut se révéler un facteur de visibilité, une sorte de mise à nue de l'invisible. Il dit la vérité de l'énigme du réel qui nous entoure, son fracas. L'accident, comme la douleur, apparaît comme l'occasion privilégiée d'une rencontre avec la vérité. C'est un haut lieu de transformation et de capacité. Pour connaître le vrai, faut-il être capable de douleur et d'accident ? " Le " pretium doloris ", le prix de la douleur, parachève le " connais-toi toi-même " socratique et le " souci de soi " stoïcien.
Quel risque est-on prêt à vivre pour connaître le vrai ? C'est grâce à la figure dionysiaque de démembrement et de métamorphose et à la catégorie de l'accident, pensée comme condition de possibilité d'une connaissance de soi, que le pretium doloris invente la critique imaginale du soi et son face-à-face avec le réel. Entre l'Orient et l'Occident, il y a l'accident. Orient désigne le lieu où l'âme se lève ; Occident, le lieu où elle s'exile et chute.
Entre ce qui se lève et ce qui chute, il y a " ce qui arrive ". Comprendre la dialectique de l'accident, c'est accepter le nécessaire dialogue entre Orient et Occident.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782720214639

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    205 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Poids

    280 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Cynthia Fleury

Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste est professeur titulaire de la Chaire « Humanités et Santé » au Conservatoire National des Arts et Métiers. Titulaire de la Chaire de Philosophie à l'Hôpital du GHU Paris « Psychiatrie et Neurosciences ». Elle poursuit ici son travail autour de l'individuation et de l'État de droit, entamé avec Les Pathologies de la Démocratie, La fin du courage, Les irremplaçables et Le soin est un humanisme.

empty