Etienne Schreder

  • «Or, aucun des onze corps n'a été identifié comme étant celui d'une nommée Eugenia Miralles.» Sacha ne croit pas à cette version officielle de l'incendie qui a ravagé l'hôpital psychiatrique de La Havane. Sa mère, Eugenia Miralles, était connue sous le nom de Rita, agent d'opération auprès des services de sécurité nationale.
    La quête de Sacha à la recherche de sa mère va dévoiler une toute autre réalité, enfouie dans les zones d'ombre de l'espionnage et de la spiritualité afro-cubaine.

  • La descente aux enfers d'Etienne, alcoolique. Contraint de démissionner de la prison où il travaille, il rejoint très vite les exclus de la rue. De Bruxelles à Paris en passant par Toulon et Marseille, Etienne se détruit par la boisson...

  • Le vol d'icare

    Etienne Schreder

    • Glenat
    • 15 Janvier 2003

    C'est dans les brouillards accrochés aux sommets des montagnes que naissent les légendes.
    Les archives de la Bibliothèque Centrale de Carnathie ne mentionnent qu'une seule fois le nom de Vladimir Jelovacz. Partisan de la Révolution de 1946 qui éradiqua les derniers lambeaux de la monarchie, Vlado ne participa guère à l'installation du nouveau régime. Sa présence constante aux côtés du Procureur Général Dragan Daedalus est néanmoins attestée. Confident servile, ami fidèle ou éminence grise ? Peut-être les trois à la fois ?
    Suite à l'effondrement du parti du dictateur Hoxa, Vlado a partagé l'exil de Daedalus et de son jeune fils, Icare. Réfugié à l'Ouest, Daedalus installa son petit monde plus que confortablement. Icare était-il pour Vl ado le dernier espoir d'un retour aux traditions de l'antique Carnathie, celle que parcouraient les caravanes des nomades ? Représentait-il l'antidote aux systèmes de coercition mis en place par son père pour la sauvegarde d'un régime pourtant voué à l'échec ? Icare était-il cette image d'autonomie égarée dans un labyrinthe de lois et de procédures ?
    Les réponses elliptiques de Vlado à ces questions renforcent l'impression d'attachement pudique envers ce jeune homme, dont on ignore encore aujourd'hui s'il a atteint le but de sa quête. Mais c'est néanmoins grâce à Vladimir Jelovacz que nous avons pu reconstituer le récit de l'aventure d'Icare, sa poursuite d'une mère hypothétique, perdue dans le labyrinthe des souvenirs.
    Sans doute Vlado ne nous a-t-il livré là qu'une légende de brumes parmi tant d'autres qui hantent encore les noirs sommets de Carnathie ? Après tout, qu'importe ? Puisque la vérité de la légende résiste souvent aux réalités de l'Histoire...

  • Récit librement inspiré de la biographie de Mary Shelley, l'auteur de « Frankenstein ou le Prométhée Moderne », ou comment, en 1816, une jeune et jolie femme de 18 ans a-t-elle pu donner naissance à l'un des mythes les plus tenaces et les plus terrifiants de la littérature fantastique ? Mais pouvait-elle écrire autre chose ? comme le note Francis Lacassin. Ses parents sont William Godwin et Mary Wollstonecraft, des écrivains et philosophes reconnus pour leurs idées avancées. Sa mère meurt en mettant Mary au monde. Son amant est le poète Percy B. Shelley, de réputation équivoque. Il est marié, père de famille ; Mary devra attendre le suicide de sa femme pour l'épouser et porter son nom, à défaut d'avoir pu porter celui de Godwin. Elle enfantera à son tour plusieurs fois. Seul un garçon survivra. Dans ces conditions, Mary Shelley aurait-elle pu écrire autre chose que Frankenstein ? Ce créateur de l'impossible : la vie après la mort. Après « Le Vol d'Icare » - autre mythe - Etienne Schréder signe ici son second album dans la collection Carrément BD. Il y fait un libre usage de passages du journal de Mary Shelley, d'extraits de Frankenstein et de la biographie écrite par C. Bernheim pour les éditions de La Manufacture. Une aventure littéraire, une chronique au déclin du XVIIIe siècle et à l'aube du romantisme.

  • Dans L'Onde Septimus, la menace d'un engin extraterrestre, baptisé Orpheus, avait été déjouée grâce au sacrifice d'Olrik. Depuis, le " colonel " vit reclus dans un asile psychiatrique. Tandis que Philip Mortimer tente de ramener à la raison son vieil adversaire, en usant de la célèbre formule du sheik Abdel Razek (" Par Horus, demeure ! "), il apprend qu'il existe un autre Orpheus. A bord d'un cargo transformé en laboratoire secret, Mortimer découvre cette l'étrange pilote de cette machine venue d'ailleurs : un alien à forme humaine, sombre et hiératique, auquel les scientifiques ont donné le nom de " Moloch ", la divinité biblique.
    Mais les réactions de ce Moloch, et les hiéroglyphes qu'il laisse derrière lui comme autant de messages indéchiffrables, font craindre le pire. Cette fois encore, la capitale britannique est en danger. A moins qu'Olrik ne joue de nouveau les héros...Avec L'Onde Septimus 2, Jean Dufaux conjugue science-fiction, aventure et folie en un bel hommage à l'oeuvre de Jacobs, relayé par le trait évocateur et précis du travail à quatre mains de Christian Cailleaux et Etienne Schréder, qui mettent en scène un Londres éternel digne de La Marque Jaune.

  • Mortimer ne parvient pas à percer le mystère de l'onde Mega et le fonctionnement du Télécéphaloscope de Septimus lui échappe. Qu'est-ce qui peut bien provoquer toutes ces interférences ? Cela pourrait-il avoir un lien avec cet inconnu en chapeau melon qui arpente les rues de Londres en demandant après Guinea Pig ?

    Jean Dufaux et Antoine Aubin, aidés d'Étienne Schréder, revisitent La Marque Jaune. Ils prolongent le mythe et signent le grand retour d'Olrik sur les quais de la Tamise.

  • Voici presque 2000 ans, l'apôtre Judas vendit le Christ aux Romains pour trente deniers d'argent. Blake et Mortimer doivent les retrouver avant qu'ils ne fassent à nouveau couler le sang. En effet, l'ancien SS von Stahl est prêt à tout pour s'emparer des pièces maudites, convaincu que leur pouvoir maléfique lui permettra de régner sur le monde. Et pour ce faire, il s'adjoint les services d'Olrik après l'avoir fait évader de sa prison américaine. L'insaisissable "colonel", plus retors que jamais, est bien décidé à se venger de ses vieux adversaires.

  • Captured and then abandoned by Olrik, Mortimer is now lost at sea with no provisions. Fortunately, he can always count on Blake. Once reunited, and with the help of some old friends, the two British gentlemen continue their dangerous mission to stop Von Stahl from resurrecting the Third Reich using the evil power of the 30 pieces of silver. a mission that will take them throughout Greece and into the very Kingdom of Hades!

    Correspond au tome 19 français: La malédictions des trente deniers t.2

  • A la fin des années 1870, au nord de l'Union, la bourgade de Brasstone est en pleine expansion industrielle. Angus Lothrop la dirige d'une main de fer tandis que la secte religieuse locale attend impatiemment le retour du Messie sur terre. Lothrop, alias Brokenface, attend lui aussi un visiteur. L'arrivée d'un inspecteur est annoncée par Washington. Brokenface devra rendre compte de sa gestion et camoufler ses malversations au regard de l'inspecteur Manson. Pour les fanatiques religieux, Manson et le nouveau Messie ne font qu'un et l'inspecteur ne demande qu'à le croire. A Brasstone, tout le monde participe à la promesse de renouveau : les malheureux Indiens pacifiés, relégués dans les bas-fonds de la cité, la misérable communauté chinoiseque la construction du chemin de fer a laissée pour compte, Mary-Mag l'accorte serveuse du bar Paradisio. Un western biblique, une relecture ironique et tendancieuse des Evangiles, un premier album pour Jean-Marc Dubois.

empty