Serge Morand

  • Le témoignage percutant de Serge Morand, écologue de la santé, qui monte au front pour révéler les responsabilités de notre civilisation dans la crise sanitaire. Il propose, plutôt que d'accuser hypocritement des animaux sauvages de transmettre une peste moderne, de lutter enfin contre les fondements de la crise écologique, à l'origine de la transmission du coronavirus.

    « Voilà plus de vingt ans que, chercheur, écologue de la santé, je me bats pour que nous prenions conscience de former un tout avec la nature. La préserver, c'est préserver notre humanité, et notre santé.
    Voilà plus de vingt ans que je me heurte à des murs du côté des sphères politique et scientifique, toutes deux sourdes à mes alertes répétées contre les épidémies qui nous menacent.
    J'ai voulu m'éloigner du monde occidental, pour retrouver l'authenticité d'une nature longtemps préservée en Asie du Sud-Est... Mais là encore, la modernité devenue folle m'a rattrapé !
    Pour satisfaire nos marchés dévorateurs, ces pays se sont eux aussi lancés dans une course destructrice au productivisme, à la déforestation, aux pesticides.
    Comme je le prédisais, les hommes ont fini par créer les conditions d'émergence d'une nouvelle peste : le coronavirus.
    Et qui accusons-nous ? Les animaux sauvages ! La chauvesouris ! Le pangolin !
    Mais qui a poussé la chauve-souris, réservoir de virus, à quitter sa forêt pour venir souiller nos productions agricoles et répandre la peste moderne ?
    Nous.
    Il est temps d'en finir avec le massacre de la faune sauvage, et de renouer avec notre vraie nature. »

  • La prochaine peste

    Serge Morand

    • Fayard
    • 9 Novembre 2016

    Craintes et parfois diabolisées, les maladies infectieuses font pourtant partie intégrante de l'histoire de l'humanité. L'homme est en effet l'espèce animale la plus parasitée sur terre, étant l'hôte de plus de mille parasites et pathogènes. La majorité d'entre eux sont d'origine animale, et beaucoup sont partagés avec les animaux sauvages ou domestiques.
    S'appuyant sur les dernières avancées scientifiques, cet essai propose un panorama inédit des relations évolutives entre les hommes et les primates non humains, mais aussi des relations écologiques que nous entretenons avec les autres animaux, par le biais de la chasse et de la domestication. Si ces relations sont à l'origine du parasitage des humains, on oublie trop souvent que nous pouvons aussi transmettre des maladies aux animaux.
    /> Les émergences ou réémergences actuelles de maladies infectieuses comme Ebola, Zika ou les grippes aviaires et porcines doivent être appréhendées à la fois dans le cadre historique de cette longue co-évolution et dans un cadre géographique global lié à la mondialisation des échanges. L'urgence est d'en tirer des leçons pour la gestion des crises sanitaires actuelles et futures.
          Serge Morand est chercheur au CNRS et travaille au Centre d'infectiologie Christophe Mérieux du Laos. Écologue évolutionniste et parasitologue de terrain, il conduit de nombreuses missions sur les relations entre biodiversité et maladies transmissibles. 

  • « Voir un lien entre la pollution de l'air, la biodiversité et la covid-19 relève du surréalisme, pas de la science ! », affirmait Luc Ferry en mars 2020, accusant les écologistes de « récupération politique ». Voilà un philosophe bien mal informé. Car, depuis les années 2000, des centaines de scientifiques tirent la sonnette d'alarme : les activités humaines, en précipitant l'effondrement de la biodiversité, ont créé les conditions d'une « épidémie de pandémies ».
    C'est ce que montre cet essai, mobilisant de nombreux travaux et des entretiens inédits avec plus de soixante chercheurs du monde entier. En apportant enfin une vision d'ensemble, accessible à tous, Marie-Monique Robin contribue à dissiper le grand aveuglement collectif qui empêchait d'agir. Le constat est sans appel : la destruction des écosystèmes par la déforestation, l'urbanisation, l'agriculture industrielle et la globalisation économique menace directement la santé planétaire.
    Cette destruction est à l'origine des « zoonoses », transmises par des animaux aux humains : d'Ébola à la covid-19, elles font partie des « nouvelles maladies émergentes » qui se multiplient, par des mécanismes clairement expliqués dans ce livre. Où on verra aussi comment, si rien n'est fait, d'autres pandémies, pires encore, suivront. Et pourquoi, plutôt que la course vaine aux vaccins ou le confinement chronique de la population, le seul antidote est la préservation de la biodiversité, impliquant d'en finir avec l'emprise délétère du modèle économique dominant sur les écosystèmes.

  • Nous avons de multiples contacts avec les animaux. Ils sont présents partout autour de nous. Nous partageons le même environnement, la même planète... et nous partageons également des maladies infectieuses ou parasitaires.

    Cet ouvrage apporte un éclairage synthétique sur les maladies transmissibles entre les humains et les animaux, appelées zoonoses. Après avoir clairement défini ce que sont ces maladies, comment elles se transmettent et présenté les zoonoses majeures, les auteurs exposent les différents moyens de nous en prémunir et nous expliquent les raisons de leur émergence et de leur évolution.

    Cet ouvrage invite à mieux appréhender le monde animal et microbien qui nous entoure. Il nous permet de comprendre ces maladies pour mieux nous en protéger et, au-delà, de reconsidérer les liens que nous entretenons avec les animaux et l'ensemble du monde vivant pour le réintégrer pleinement.

  • Un cours de mécanique pour l'élève (BEP, Bac Pro) qui s'inscrit dans une démarche de résolution de problèmes.

  • SRAS, grippes aviaires, virus Ébola, Mers-Cov... Depuis quelques dizaines d'années, les maladies infectieuses font l'objet d'une attention croissante de la part des scientifiques, des gestionnaires de risques, des médias et du public. Comment expliquer que les maladies infectieuses ne cessent d'émerger ? Et quels sont les défis que cette situation génère ?

    À travers cinq chapitres, des spécialistes analysent, depuis leurs différents domaines scientifiques, les dynamiques écologiques, sociales, institutionnelles et politiques associées aux maladies infectieuses émergentes. Mais plus qu'un éclairage pluridisciplinaire, cet ouvrage montre comment les concepts, les résultats scientifiques et les plans d'action des agences internationales ou gouvernementales se construisent et se répondent.

    Dans un langage clair et accessible, l'ouvrage explore les continuités mais aussi les réorganisations produites par la notion de maladie infectieuse émergente, tant dans l'activité collective que dans notre rapport au monde biologique. Il montre également les défis, mais aussi les opportunités dont se saisissent les acteurs qui y sont confrontés.

    Cet ouvrage, préfacé par Frédéric Keck (anthropologue), rassemble des contributions de Claude Gilbert et Nathalie Brender (politistes), François Roger (épidémiologiste vétérinaire) et Patrick Zylberman (historien de la santé).

  • Parasitisme, pathologies animales, résistance aux antibiotiques, danger des perturbateurs endocriniens, baisse de la fertilité masculine. : les exemples se multiplient autour de nous pour souligner la relation étroite qui existe entre notre santé et notre environnement naturel.

    Comment vivons-nous avec le vivant ? En quoi la biodiversité rend-elle aux humains des services inestimables ? Quels sont les effets de sa dégradation sur notre santé ?

    Aujourd'hui, on associe trop souvent la faune sauvage à des maladies comme le chikungunya, le paludisme ou la grippe aviaire. Et on brandit le spectre de maladies émergentes ou importées. Pourtant, c'est en détruisant les écosystèmes, en perturbant le fonctionnement du vivant, en diminuant la biodiversité que nous mettons notre santé en danger. Et c'est en renouant avec la nature que nous pourrons la préserver, comme le montrent par exemple les bienfaits des espaces verts et des jardins thérapeutiques. La santé du vivant, c'est notre santé !

    Il est donc urgent d'agir et nous devons tous nous mobiliser, État, mais aussi citoyens, chercheurs, collectivités territoriales, etc.

  • Biodiversité et santé comble le fossé entre l'écologie de la santé et les concepts issus des initiatives internationales comme EcoHealth, One Health ou Planetary Health.

    La biodiversité et la santé offrent une occasion unique de montrer comment les sciences écologiques, les sciences de l'environnement, les sciences médicales et les sciences sociales peuvent contribuer à améliorer la santé et le bien-être humains en préservant la biodiversité et ses services rendus aux sociétés.

    Cet ouvrage offre un aperçu général et intégré des disciplines scientifiques contribuant à lier la santé à la biodiversité : de l'écologie évolutive des maladies infectieuses et non infectieuses à l'éthique, au droit, et aux politiques publiques.

  • La biodiversité s'érode aujourd'hui cent fois plus vite que naturellement. Certains parlent même d'une sixième grande extinction. Parallèlement, les maladies émergentes ou ré-émergentes sont en pleine expansion : des maladies dont on n'avait alors jamais entendu parler ou au contraire que l'on croyait éradiquées. Quel lien y a-t-il entre ces maladies, leur transmission et la faune sauvage ? La perte de la biodiversité s'accompagne-t-elle de risques sanitaires ? Le réchauffement climatique va-t-il amplifier ce phénomène ? L'antibiorésistance en est-elle en partie responsable ? Y a-t-il plus de risque d'épidémies ?
    Les animaux, et toute la biodiversité, semblent touchés par les pesticides que nous utilisons abondamment. Qu'en est-il réellement ? La faune sauvage est-elle devenue, à son corps défendant, sentinelle de la qualité sanitaire de notre environnement ?
    Cet ouvrage permet à tout lecteur curieux et touché par ces questions sociétales et écologiques de mieux comprendre les interactions entre les êtres vivants et leur environnement. Il permet aussi de savoir comment la recherche aujourd'hui trouve des alternatives grâce à une nouvelle approche de l'écologie de la santé, au bénéfice du bien-être de tous.

empty