Per Pëtterson

  • Arvid Jansen est un écrivain à la dérive. Il erre dans Oslo, revisite des lieux familiers, fait la tournée des bars, se lance dans des conquêtes sans lendemain, roule au hasard dans sa voiture, où il dort parfois quand le lit devient un endroit insupportable. Cela fait un an que son épouse Turid l'a quitté, emmenant leurs trois filles. L'absence de Vigdis, l'aînée, lui pèse tout particulièrement. Il est également hanté par la perte de ses parents et de ses frères dans le naufrage du Scandinavian Star.
    Reprenant le personnage d'Arvid Jansen, le protagoniste de Maudit soit le fleuve du temps, Per Petterson brosse un portrait à la fois tendre, mélancolique et sans concession d'un auteur en panne d'inspiration et qui traverse une profonde crise existentielle. Sans pathos ni grands mots, il décrit l'esprit du temps et Oslo au début des années 1990. Poète de la solitude, de la culpabilité et de l'introspection masculines, il montre à la fois les grands sentiments et les petits bonheurs.

  • A soixante-six ans, Trond Sander se retire dans une petite maison près d'un lac, au nord-est de la Norvège. Il a le sentiment que son rêve de quiétude et de solitude est en passe de se réaliser, mais un soir il fait la connaissance de son voisin Lars. Cette rencontre le replonge dans l'été de ses quinze ans, en 1948. À cette époque, en vacances seul avec son père, il retrouve son camarade Jon. Ensemble, ils " volent des chevaux " pour de petites échappées. Une fois pourtant cela se termine mal : il tombe de cheval et se blesse, puis assiste, impuissant, à une étrange explosion de rage et de violence chez Jon. Trond se souvient de l'effroyable accident survenu dans la famille de Jon, du passé insoupçonné de son père, révélé par un voisin ; il ne se doutait pas alors que les événements dramatiques survenus pendant la Seconde Guerre mondiale allaient jeter leur ombre sur sa propre famille et lui ravir son père. Pas facile de voler des chevaux est un livre d'une intensité dramatique rare, habilement construit autour des secrets des personnages principaux. Les réminiscences d'un narrateur au soir de sa vie et son évocation d'un été inoubliable sont tout simplement bouleversante.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Arvid, le narrateur de Maudit soit le fleuve du temps, décide de rejoindre sa mère. Cette dernière, prenant de court toute sa famille, a sauté sur le premier ferry depuis Oslo après avoir appris qu´elle souffrait d´un cancer, pour se réfugier dans la petite maison qu´elle possède dans le nord du Danemark dont elle est originaire. Elle accepte d´abord de mauvaise grâce la présence de ce fils mal dans sa peau, puis, dans un face-à-face inédit pour l´un et l´autre, la communication s´établit. Petit à petit, des événements du passé refont surface... Arvid revient sur l´échec de son mariage, son enfance dans un quartier ouvrier d´Oslo, son engagement militant et sa décision de ne pas faire d´études et de travailler dans une usine. La mère, quant à elle, veut retourner une dernière fois sur l´île de Læsø où elle avait été accueillie à un moment difficile de sa vie, révélant par la même occasion à son fils tout un pan de son existence.
    Le balancement entre passé et présent rythme ce récit pudique et émouvant, et on retrouve ici tout l´art de Petterson de parler sans pathos des petites et grandes déchirures qui traversent nos vies. Sur une thématique très différente, on retrouve les qualités d´écriture qui ont fait le succès de Pas facile de voler des chevaux.

  • Jim et Tommy ne se sont pas revus depuis plus de trente ans. Tous deux ont grandi dans la même petite commune près d'Oslo : Jim couvé et protégé par une mère très pieuse, Tommy abandonné par sa mère, malmené par un père violent, puis séparé de ses trois soeurs placées dans des familles d'accueil et obligé de travailler dans une scierie. Pourtant, c'est bien Tommy qui fait carrière dans la finance, alors que Jimmy vivote, entre son travail de bibliothécaire et des arrêts maladie de longue durée. Quand ils se retrouvent par hasard, sur ce pont menant à la capitale où Jim s'est installé pour pêcher, les souvenirs ressurgissent...
    Je refuse est un roman poignant sur l'amitié entre deux hommes, qui sont aussi deux êtres cabossés par la vie. Leurs échecs sentimentaux, leur colère et leur volonté de survivre sont admirablement mis en scène dans un livre polyphonique d'une incroyable justesse.

  • Dans le sillage

    Per Pëtterson

    • Circe
    • 1 Septembre 2005

    Arvid a perdu ses parents et ses deux plus jeunes frères dans un accident de ferry : le bateau a sombré devant lui. Seul luimême, ainsi qu'un autre de ses frères, ont survécu. Le roman qu'il écrit sur son père reste en plan, il se sent comme rempli de culpabilité "il est le survivant de l'accident" et d'une peine insondable. Son seul contact humain demeure son voisin Kurde, et une femme qu'il aperçoit quelquefois depuis son appartement, dans la rue, dont le
    visage semble refléter sa propre solitude. Puis lentement, les mémoires commencent à se délier : son enfance, son père, ses deux plus jeunes frères. Le roman peut commencer.

  • Jusqu'en siberie

    Per Pëtterson

    • Circe
    • 28 Mai 2002

    " petterson nous propose une figure de femme au caractère bien trempé, d'une féminité atypique et d'une, intégrité admirable.
    Elle est vulnérable et sensuelle comme les chevaux peuvent l'être. c'est dans le milieu de la classe ouvrière danoise que grandit la narratrice - un milieu oú il n'y a pas de place pour les rêves et les transgressions. ne restent que des instants. et petterson excelle à mettre en lumière ces instants décisifs qui accompagnent les êtres humains tout au long de leur vie. non pas parce qu'ils sont dramatiques, mais parce qu'ils révèlent un être humain, à un moment précis et pour toujours.
    " linn ullmann.

  • Anglais In the Wake

    Per Pëtterson

    Arvid has lost his parents and his two younger brothers in a ferry accident. Only he and his brother are left alive. The novel he is writing about his father is stalled, the grief and guilt he feels at having survived are too overwhelming. Then slowly, the memories begin to return: of his childhood, of his father, of his two younger brothers.

  • A haunting literary masterpiece by the bestselling and prize-winning author of Out Stealing Horses

  • Anglais It's fine by me

    Per Pëtterson

    Audun is the only one of his family left with his mother in working-class Oslo. He delivers newspapers when he is not in school and talks for hours about Jack London and Ernest Hemingway with his best friend. But there are some things Audun won't talk about.

empty